LIFESTYLE

Mes conseils pour prendre soin de son chat d’intérieur en hiver

Si comme mon petit Niff (qui, je crois, n’a plus besoin d’être présenté), votre chat vit en intérieur, vous êtes au bon endroit. On a tendance à croire que l’hiver n’a aucun impact sur sa boule de poils car il ne sort pas. Et pourtant, il y a plus d’une précaution à adopter pour prendre soin de lui. Agria, le leader de l’assurance pour les chats et les chiens (qui permet de vous rembourser en cas d’accident ou de maladie) m’a proposé de partager avec vous tous les bons gestes pour protéger votre matou d’intérieur en hiver.

Mode Maman-chat activé !

Photos de Niff et moi réalisées par Marion Fort Photographie

Article réalisé en partenariat avec Agria.

1. On rééquilibre son alimentation
En hiver, votre chat va avoir tendance à moins se dépenser et à dormir plus. Son corps a donc de plus faibles besoins énergétiques : n’ayez pas la main trop lourde sur son alimentation ou choisissez des croquettes spéciales permettant une sensation de satiété plus rapide avec la même dose. Ainsi, il n’aura pas tendance à stocker pendant cette période propice à l’embonpoint.

2. On le brosse (encore plus) régulièrement
A la fin de l’automne, le pelage du chat mue pour laisser place à un poil d’hiver. Aussi, il va perdre beaucoup de poils ce qui va faciliter leur accumulation dans son tube digestif (ingérés lorsqu’il fait sa toilette) et créer des boules de poils qui entraînent vomissements ou occlusions intestinales. Chez les félins à poils longs, la densification du pelage favorise l’apparition de boules dures sous les articulations du chat dues à la friction (particulièrement sous les épaules des pattes avant). Pour éviter tous ces désagréments, pensez à le brosser de manière régulière avec une brosse pour chat afin de retirer l’excédent de poils.

3. On adapte la température
Pendant cette période de l’année, on a tendance à augmenter le chauffage à l’intérieur pour profiter de la chaleur et maintenir la même température toute l’année. Oui mais voilà, votre chat n’a pas du tout le même pelage tout au long de l’année. En hiver, il s’épaissit (héritage de ses ancêtres sauvages) pour lui tenir plus chaud. Aussi, pour son confort, il faudrait idéalement maintenir la température du foyer entre 20 et 22 degrés (même moins la nuit !).

4. On se méfie des plantes toxiques
En hiver, deux types de plantes que vous faites entrer chez vous peuvent représenter un danger pour votre chat : les plantes de Noël et les plantes d’extérieur (balcon, jardin,…) que vous mettez au chaud jusqu’au printemps. Dans la première catégorie, on compte les étoiles de Noël dont le simple contact peut irriter le chat ou l’ingestion provoque des diarrhées et vomissements à l’instar du houx ou du gui (ce dernier peut être mortel ! Vigilance, donc). Si vous possédez des plantes en pot à l’extérieur que vous souhaitez rentrer, sachez qu’il ne faut pas laisser approcher votre chat d’un eucalyptus, sagoutier (qui ressemble à un palmier), kalanchoë, rhododendron… Si votre chat ingère l’une de ces plantes, consultez sans attendre un vétérinaire et ne lui donner ni à manger ni à boire avant l’avis du professionnel. C’est à ce moment-là que posséder une assurance pour son chat telle que Agria peut s’avérer très précieuse.

5. On limite l’accès aux extérieurs
Si vous avez un balcon ou un jardinet, votre boule de poils a peut-être l’habitude de sortir son nez dehors. En hiver, veillez à réduire ses sorties à 5-10 minutes maximum. Au-delà, il risque vraiment d’attraper froid et de tomber malade, surtout qu’en hiver la différence de température entre l’intérieur et l’extérieur est très grande.

6. On continue de le protéger des parasites
On a tendance à croire que seuls les chats d’extérieur sont sujets aux parasites et qu’un chat d’intérieur, de surcroît en hiver, ne risque rien. Et pourtant, la chaleur de nos foyers favorise la prolifération de puces, attirées par les températures élevées et ce, même si le chat ne sort pas. Ingérées par votre chat, les puces peuvent en plus lui apporter des parasites comme des vers. Il est donc recommandé de faire vermifuger son chat 2 fois par an.

Vous avez aussi une petite boule de poils chez vous ? Vous connaissiez tous ces bons gestes à adopter ? J’espère que cet article vous aura été utile et n’hésitez pas à partager vos conseils !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *